C’est d’abord un chien intelligent et sensible. Son intelligence lui permet d’apprendre quantité de choses, le rend très polyvalent dans plusieurs disciplines. Il pourra bien sûr vous accompagner dans des activités sportives appropriées, mais certains tamaskans à condition de patience, de douceur et de savoir faire peuvent même être utilisés comme chien d’aide. L’important c’est de partager avec lui un maximum d’activités, sportives, ludiques, sociales, mais il adore aussi regarder une bonne série sur le canapé. Son intelligence, qu’on se le dise, pourra aussi lui servir à rapidement savoir ouvrir les portes, parfois même celle du frigidaire ou toute autre astuce. Unn, par exemple, qui a une passion pour mes baskets à vite compris le jour ou je les ai planqué au premier étage, et cette énième paire raboutée par le cordonnier n’a pas fait long feu.

C’est avant tout un chien de meute (et pas du tout un chien de garde), donc il très attaché à « son clan » et, de ce fait, supportera très mal la solitude. Votre tamaskan a besoin que vous lui consacriez un maximum de temps, de jeux, de sorties, de calins, d’obéissance et de socialisation. Vous devez vous demander quelles seront pour lui les conditions de vos absences avant d’envisager l’acquisition d’un chiot. La présence d’un autre compagnon canin peut être une bonne chose, l’idéal étant un chien de même gabarit, plus âgé, bien éduqué et de sexe opposé.

S’il s’ennuie, s’il manque de stimulation, de sortie, de partage, il sera malheureux à coup sûr et il se montrera destructeur. La première année avec notre chienne nous a couté un canapé, le deuxième est « à peine entamé », le temps que jeunesse se passe, faut juste s’y préparer lui donner régulièrement des choses à ronger (os, morceaux de bois). A priori les Tamaskans ne sont pas fugueurs, nous n’avons rien à déplorer de ce côté-là, mais la vigilance reste de mise. Les Tamaskans contrairement aux autres races de chiens loup ne sont pas craintifs. Unn accueille chaleureusement tous nos amis (bon, parfois un peu trop chaleureusement, je veux dire avec toute son énergie qui n’est pas des moindres) et se montre curieuse, sociable et joueuse avec les autres chiens. Elle est merveilleusement câline, elle adore les papouilles et surtout être tout contre, « dans les bras », sans pour autant être dans la dépendance d’un chien classique perpétuellement en quête de signes de reconnaissance. Contrairement à d’autres Tamaskan, Unn s’est très bien habitué aux voyages en voiture, mais sachez que certains peuvent, surtout au début, être très malades.

 

Les Tamaskans appartiennent à la famille des chiens primitifs cela à quelques conséquences au premier rang desquels vous devez prendre en compte les éventuels instincts de prédation de votre futur animal. Ce n’est pas le cas de tous ses frères et soeurs, mais, clairement, Unn a des instincts de chasse. Nous avons beaucoup d’animaux à la maison et tout s’est bien passé avec les chats et les perroquets, ils font partie du « clan », mais qu’un lapin détale en promenade, qu’un gibier se profile à l’horizon, hors des espaces balisés, alors elle fonce et autant dire que là, le rappel c’est « tintin la riflette ». Depuis, en promenade, c’est une vigilance à  360° avec parfois l’usage de la longe. Cela ne nous empêche pas de la lâcher en liberté de profiter du plaisir de voir ses accélérations en cercles, ses multiples et gracieux petits bonds, mais nous devons toujours rester très attentifs à l’environnement, avec l’entraînement je parviens désormais à apercevoir des biches alors qu’elle ne les remarque même pas. Le tamaskan étant une race en construction il n’est pas aisé de fixer des traits de caractère, la qualité de votre investissement qui permettra d’établir une relation de confiance et de respect sera déterminante.

Muriel Couteau Mauger

Histoire de la race

sur le site du CFT

36494503_663961267274868_788689178186481